07 06 42 03 87
contact@la-fabrique-a-sagesse.com

Peur ou Peur, telle est la question…

Coach, praticienne EFT et auteure

Peur ou Peur, telle est la question…

Cette semaine, j’ai accompagné une personne qui venait de se mettre en danger. Cette jeune femme avait choisi de ne pas écouter son instinct et cherchait à affronter ses peurs pour « avancer ». Cette philosophie de « dépasser ses peurs » est très présente dans le monde du développement personnel. Seulement, elle est à nuancer ! Je me suis dit qu’un petit article sur le sujet serait sûrement très utile à d’autres qui, comme cette jeune femme, pouvaient finir dans une situation délicate…

Différents types de peur

En fait, lorsque l’on parle de peur, il est important de comprendre qu’il existe différents types de peurs. Leur manifestation biologique reste la même : augmentation de l’adrénaline, sécrétion de cortisol par les glandes surrénales puis ajustement des facultés physiques comme la modification du champ de vision, la redirection d’une partie du sang des organes vers les membres, accélération du rythme cardiaque… bref, le stress quoi !

Cependant, il est important de comprendre qu’une peur est une forme de message. Et ce message a un objectif. C’est cet objectif qu’il est important d’écouter pour savoir si nous devons « affronter nos peurs » ou fuir !

Voici trois origines possibles qui peuvent créer un sentiment de peur (il y en a sûrement d’autres auxquelles je ne pense pas, n’hésitez pas à compléter en commentaire !) :

  • Un danger perçu
  • Une importance
  • Une sortie de zone de confort (ou peur de l’inconnu)

Dans le premier cas, écoutez votre instinct et mettez-vous à l’abri !

Dans les deux autres cas, prenez le temps d’évaluer ce que vous avez à perdre et à gagner à long terme pour décider de votre réaction.

Reconnaître le type de peur

Parfois, il est difficile de savoir dans quelle catégorie se trouve l’origine de notre peur. Un entretien d’embauche est-t-il un danger perçu, un moment très important ou bien une sortie de zone de confort ? Peut-être les trois à la fois…

Pour identifier notre peur, en réalité, au fond de nous, nous le savons. Mais les personnes à l’écoute de leur for intérieur ne sont pas nécessairement celles qui ont besoin de cet article. Donc pour vous aider à identifier le type de peur que vous ressentez, voici quelques questions que vous pouvez vous poser :

  • « D’où vient ma peur ? »: en fait, il ne s’agit pas de se demander ici ce qui nous fait peur, mais plutôt de quel endroit de mon corps vient la peur. Les personnes qui parlent de leur instinct sont des personnes qui ont appris par quel endroit du corps leur intuition s’exprime. Lorsque vous êtes confronté à un danger, la peur ressentie est particulière. La peur de faire quelque chose de nouveau est encore différente, souvent mélangée à une forme d’excitation. Développez une sensibilité à ce que votre corps vous exprime et vous apprendrez à reconnaître quand oser et quand éviter.
  • « Suis-je en danger ? »: lorsque vous vous posez cette question, votre corps vous répondra. Pour cela, il faut réussir à ne pas écouter la petite voix dans notre tête, mais écouter si la sensation de peur augmente ou diminue dans notre corps. Si votre petite voix commence ses phrases par « il faut », « je dois », alors soyez sûr qu’elle n’est pas du tout bonne conseillère à ce moment-là : son objectif est de vous faire agir malgré les alarmes qui sonnent de partout ! La petite voix intérieure sera très utile au moment de chercher des solutions, pas dans la phase de recherche du type de peur.
  • « De quoi ai-je peur en réalité ? »: Parfois, la réponse à cette question vous viendra tout de suite. Parfois une forme d’analyse se mettra en route. Le résultat de l’analyse est à prendre avec des pincettes : selon votre degré d’auto-contrôle, il se peut que la réponse soit même à oublier. Cependant, se la poser laisse une fenêtre à l’intuition de pouvoir s’exprimer. Plus vous vous faites confiance, plus la réponse peut s’avérer très pertinente. Si vous commencez à trop réfléchir à cette question, alors ce n’est plus votre peur qui répond, donc laissez-la tomber.

Ce que mon expérience m’a appris sur les peurs…

En tant que Coach en Performances Personnelles et encore plus en tant que praticienne EFT, je travaille souvent sur les peurs avec mes clients. Il apparaît une évidence que je tiens à vous partager : la notion de danger face à une situation est vraiment propre à chacun. Elle découle beaucoup de nos histoires personnelles.

Par exemple, quelqu’un peut vraiment ressentir comme dangereux un entretien d’embauche. A ce moment-là, son corps n’exprime pas une peur de sortie de zone de confort ou une peur liée à l’importance, mais signale bien un danger ! C’est notamment le cas si cette personne a connu des scènes traumatisantes dans son passé qui implique la communication avec d’autres individus. Ce peut être une éducation très exigeante, un manque de relations rassurantes dans l’enfance ou même une scène humiliante devant la classe… Dans tous ces cas, le cerveau a enregistré le fait de s’exprimer comme une menace possible et joue son rôle protecteur dans la vie adulte en envoyant un vrai message de danger lorsqu’un risque de jugement se présente. Et l’entretien d’embauche est une belle occasion de se sentir juger.

Que faire si, comme dans cet exemple, vos peurs semblent inadéquates et vous handicapent ?

  • La meilleure stratégie reste de soigner ces blessures du passé en passant par des techniques énergétiques notamment (EFT, EMDR, etc.). C’est ce que je fais avec mes clients et c’est vraiment très puissant ! L’avantage de nettoyer le passé est qu’il ne vous restera que les peurs d’importance et de sortie de zone de confort à gérer.
  • Une autre stratégie serait de réécrire un nouveau comportement face à ces « menaces ». C’est la philosophie qu’on retrouve en PNL et avec les TCC. Il y a deux bémols à cette stratégie : d’une part, la peur de danger peut réapparaître si l’exposition au déclencheur est trop rapide (le nouveau comportement n’aura pas eu le temps de s’enclencher avant la réaction physique de panique) ; d’autre part, la technique utilisée par les TCC notamment requiert beaucoup de volonté et d’émotions désagréables pour pouvoir implémenter le nouveau comportement voulu. Beaucoup de souffrances pour un résultat partiel finalement.

En conclusion…

Le message principal à retenir de cet article est que nous ressentons différents types de peurs et que pour faire les meilleurs choix, nous devons apprendre à les reconnaître. Chacun d’entre nous avons nos propres schémas et il serait bien impossible pour moi de vous décrire comment distinguer les ressentis liés à chacune de ces peurs. Soyez à l’écoute de votre corps, tout est déjà en vous.

Un autre message à retenir est de ne pas croire que l’on doit toujours affronter nos peurs : une peur est un messager et ce n’est qu’une fois que l’on a compris le message qu’on saura comment y répondre. Fuir ou affronter ne dépend que de vous et rien ni personne n’est mieux placé que vous pour évaluer la situation. Faites-vous confiance !

Soyez heureux, soyez positifs, soyez grégaires et améliorez notre monde à votre façon !

Marie Juliana

La Fabrique à Sagesse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *